L’incomprise d’Asia Argento : étrange et/mais un peu fade…

J’aime plutôt l’originalité et les partis pris artistiques qui sortent de l’ordinaire. Mais j’aime surtout qu’ils soient au service d’une histoire prenante et suffisamment complexe pour flirter avec le bizarre. Ce fut le cas dans le film White Bird de Gregg Araki, dont je vous parlais il y a peu. Le fond était aussi original et travaillé que la forme. J’ai adoré.

Mais c’est moins le cas dans L’incomprise d’Asia Argento. Le thème du film est très intéressant, puisque ce dernier traite du mal être d’une petite fille (Aria), qui peine à trouver sa place à la maison, à l’école et partout ailleurs. Une enfant mal aimée, utilisée, ballotée au gré de l’humeur de ses parents et camarades.

Dès le début ou presque, la problématique est posée. On s’attend au fil de l’histoire à découvrir d’autres choses, à comprendre certaines attitudes, à entrer davantage dans la psychologie des personnages. Bref, on aimerait que cela aille crescendo. Mais non, le film n’est finalement qu’une succession de malheurs touchant de plein fouet la petite fille et la plongeant progressivement dans le désespoir…

Une progression un peu décevante pour un film qui a pourtant de grandes qualités, à commencer par la présence de Charlotte Gainsbourg et le jeu de Giulia Salerno (qui campe la petite Aria). Je ne peux cependant pas affirmer avoir passé un mauvais moment, au contraire. Mais ce film n’est pas incontournable !

L'incomprise, de Asia Argento

Sortie le 26 novembre 2014

Retour à l'accueil