Mommy de Xavier Dolan : la critique égocentrique

Difficile de me lancer dans une critique de Mommy, pour des tas de raisons. D’abord parce que tout a été dit sur le film et souvent de manière très élégante, puis parce que j’ai peur de trop intellectualiser ce qui relève de l’impalpable… alors je vais parler de moi !

J’ai été touchée comme des millions de personnes par cette histoire qui avait sur le papier largement de quoi m’ennuyer. J’ai même pleuré deux fois. Une fois lors de la fameuse scène de danse dans la cuisine, une fois lorsque Steve téléphone à sa mère pour lui présenter ses excuses. J’ai eu peur plein d’autres fois.

Je me suis surprise à ne pas regarder l’heure une seule fois, alors qu’habituellement j’ai envie de m’échapper de la salle au bout d’une heure et demie. Je n’ai pas vu arriver certains événements, trop occupée à tenter de saisir les subtilités de chaque scène. Je me suis posé des questions sur les personnages, leurs côtés sensibles et obscurs, leur passé et leur devenir, et m’en pose encore.

Et ça, c’est selon moi la preuve que le film fait encore un peu son chemin dans mon esprit, que les personnages sont toujours vivants, même après le générique de fin. La preuve que c’est un grand film tout simplement !

Retour à l'accueil