Amir (The Voice) sort son premier single : je l'ai interviewé

Deux ans après son parcours dans The Voice, Amir dévoile un titre, J'ai cherché, qui annonce l'arrivée prochaine d'un album. J'ai eu la chance de rencontrer le chanteur dans les locaux de sa nouvelle maison de disque, Warner Music. L'occasion d'en savoir plus sur ses choix artistiques, les expériences qui ont marqué son parcours, mais aussi sur sa relation à la France et à Paris.

Bonjour Amir, ton premier titre s'appelle J'ai cherché, comment définirais-tu cette chanson ?

Il parle de la recherche de ce qui peut amener du soleil dans sa vie, la sensation d'être entier. On a tous quelqu'un ou quelque chose qui nous donne ce sentiment. Pour moi c'est la musique. J'ai eu l'impression de découvrir un bien-être parfait quand je me suis consacré à la musique. Mais chaque personne l'interprète à sa façon... Niveau couleur musicale, c'est de la pop électro, un titre avec de l'énergie, un rythme soutenu ! Moi j'aime la fête donc ça me colle à la peau. C'est ma fierté par rapport à ce titre.

Qu'en est-il de l'album qui est sur le point d'arriver ?

Il est prévu pour la fin du mois d'avril et il sera dans cette couleur là. Il sera sur les thèmes qui me sont chers. Il parle d'amour, de victoires personnelles, de voyages, de départs, de choix de vie. C'est autour de ce que j'ai pu vivre depuis mon départ de Tel Aviv. Il s'appellera Au coeur de moi car c'est là que j'essaie d'amener les gens.

Dans le premier titre, il y a un peu d'anglais. Dans le reste de l'album aussi ?

L'album est majoritairement en français car je suis reconnaissant envers la France de m'avoir accueilli en tant qu'artiste, donc j'ai tenu à ce que cet album soit principalement en français. Mais étant donné que mon éducation musicale est internationale, - j'ai toujours chanté en différentes langues car je suis trilingue -, ça m'a semblé naturel d'écrire aussi en anglais.

As-tu déjà présenté tes chansons lors de concerts ?

J'ai fait pas mal de scènes pendant et après The Voice car j'ai compris que mes lacunes étaient peut être de ne pas être assez rodé. C'est pour moi la base du métier ! J'ai présenté mes chansons de manière progressive, au début c'était des reprises puis au fur et à mesure j'ai inséré des titres personnels. J'espère revenir sur scène lors d'une étape ultérieure pour la tournée une fois que l'album sera sorti. Jusqu'à présent, c'était essentiellement des spectateurs de The Voice qui venaient remplir mes salles et me faire honneur. Je me sens chanceux d'avoir ça.

Tu as participé à l'album Forever Gentleman 2. Qu'est ce qui t'a plu dans ce projet ?

J'ai réfléchi en terme d'expérience. Je trouvais que c'était un projet prestigieux, de part la couleur artistique qui était éloignée de la mienne, et le fait de partager l'affiche avec des artistes de renom. J'ai tout de suite dit oui, c'était une belle transition entre la partie The Voice et mon projet personnel.

Tu n'as pas eu peur de t'enfermer dans une image de dandy ?

Je me dis que de toutes les manières, une image ne tient pas si on ne l'entretient pas. Je connais mon vrai visage artistique donc je n'ai pas cherché à nettoyer une certaine image. A force de montrer ce que j'aime, on comprend qui je suis. Etre dandy, crooner, ce n'est pas grave ! Ce n'est pas totalement moi, mais je l'assume totalement parce que ça provient de choix que j'ai pu faire et de la manière dont je me suis présenté. Mais je suis sûr avec le recul, que ce n'est pas la chose principale que les gens retiennent de moi.

Quel a été pour toi le moment le plus marquant de l'aventure The Voice ?

J'en ai deux, et les deux ont en commun le fait que je m'attendais à peu et j'ai reçu beaucoup. La première fois, c'est quand les quatre fauteuils des coachs se sont retournés lors des auditions à l'aveugle. A ce moment-là, je chantais de mon mieux mais je ne savais pas vraiment ce que je valais artistiquement. ça a été très réconfortant et cela m'a mis en confiance pour avancer dans l'aventure. Après il y a eu des émissions lors desquelles j'ai vu les votes du public. Lors du premier live, on n'était soumis pour la première fois aux votes des téléspectateurs. Je ne savais pas à quoi m'attendre, et le public a voté en masse ! J'étais le numéro un des votes de mon équipe et c'était une deuxième énorme surprise. ça a confirmé le fait que ça valait le coup de se battre. Une fois l'émission terminée, j'ai tout quitté pour emménager à Paris et tenter ma chance car j'y croyais fort...

Et comment fait-on pour passer de candidat de téléréalité à artiste qui signe dans une maison de disque ?

Il suffit de croire en son projet et travailler sans relâche pour ne faire aucun compromis sur la qualité. C'est quand on est fier de son "produit" qu'on peut convaincre. J'avais conscience que personne n'allait m'offrir une carrière, il fallait le mériter ! Pendant deux ans, je n'ai fait que travailler sur l'album avant de le présenter aux maisons de disque. Et je remercie le bon Dieu, car on n'a eu que l'embarras du choix ! On a signé avec Warner car il ya avait une affinité particulière avec cette maison de disque.

Sais-tu ce que pense ta coach de The Voice Jenifer de ton single ?

Elle l'a posté sur tous les réseaux sociaux en disant qu'elle l'aime et qu'elle recommande de le télécharger. C'était très touchant de sa part !

Amir (The Voice) sort son premier single : je l'ai interviewé

Tu as abandonné ton métier de dentiste en Israel. Y a-t-il des aspects de ce métier qui vont te manquer ?

Sincèrement oui, j'étais passionné en tant qu'étudiant dentaire. Je trouvais mon bonheur dans la partie manuelle du travail, mais aussi dans l'approche très humaine qu'on a vis à vis du patient, car on sait qu'on va lui faire mal pour lui faire du bien ! C'est une relation complexe, entre le mal et le bien, la souffrance pour gagner un beau sourire ou une meilleure santé. J'en ai tiré dans ma vie de tous les jours le fait d'être empathique avec les gens, mais aussi d'apporter le sourire aux gens au sens figuré ! Je le faisais à l'époque avec des instruments de dentiste, aujourd'hui avec des instruments de musique !

Quelle est ta relation avec les fans ?

Je suis très très impliqué. C'est mon plus cadeau depuis mon entrée dans le monde de la musique. Ce sont eux qui font vivre ma musique. Je garde avec eux un lien très profond et très fort. Je réponds à tous les messages, je lis tous les commentaires etc, parfois cela me prend beaucoup de temps, mais je le fais de bon coeur car je comprends que sans eux je ne serais pas qui je suis.

Tu as rencontré Patrick Bruel en 2007, et j'ai lu que cette rencontre avait été un vrai déclic pour toi... ?

J'avais enregistré en studio l'une de ses chansons en hébreu, c'était une sorte de délire. Mais lorsque c'est arrivé à ses oreilles, il a dit qu'il serait ravi qu'on la sorte ! Puis il m'a invité à chanter avec lui sur scène lorsqu'il a chanté en Israel. C'était une expérience formidable. Je me souhaite d'avoir une si belle carrière que lui.

Je parle beaucoup de Paris sur mon blog et aime demander aux artistes de parler de cette ville. Ya t'il des lieux qui t'inspirent à Paris ?

Il y a un lieu qui créé pour moi l'attache la plus forte entre Paris et Tel Aviv, c'est un restaurant qui s'appelle Miznon, dans le Marais. J'aime l'atmosphère qui fait penser à l'ambiance festive de la ville de Tel Aviv. En plus on y mange super bien, j'y mange souvent des pita steak and egg !

Un lieu où tu aimerais déclarer ta flamme ?

Le village Saint-Paul, au coeur de Paris, entre la Seine et la rue de Rivoli. Je suis très Marais !

Un lieu où tu aimerais chanter ?

Je pense comme tout le monde, à l'Olympia ! Ce serait magique...

Un lieu où on ne te verra jamais ?

Les égoûts (rires) ! ça ne doit pas être terrible...

Merci Amir et longue route :)

J'ai cherché, Amir

Site officiel

Retour à l'accueil