[Critique] Les Ogres de Léa Fehner, au coeur d'une troupe d'artistes itinérante

Ce film de Léa Fehner dégage une atmosphère vraiment singulière, un peu hors du temps. Le propos déjà est original, puisqu'il s'agit ici de suivre les pérégrinations d'une troupe de théâtre ambulant, désordonnée, parfois désarticulée, mais très vivante. Enfin, peut être devrais-je dire "vivre" plutôt que "suivre", car ici, on est au coeur du mouvement, on subit le rythme effréné des artistes, leurs humeurs, leurs esclandres. Ce n'est pas de tout repos ! Mais cette dimension presque "documentaire" est vraiment intéressante : immergé dans les "camps" des artistes, on se sent comme un enfant dépassé par la vitalité débordante des adultes, obligé de subir de plein fouet leurs impudeurs. Le film en devient parfois dérangeant, ce qu'il prouve qu'il fonctionne.

Mais j'ai cependant regretté qu'il soit très inégal. Certaines scènes sont amenées de façon très subtile, tant au niveau de l'humour que de la psychologie des personnages (voir la scène de l'échographie). D'autres par contre, sont amenées de manière plus maladroite et téléphonée. Il faut dire que les personnages sont très nombreux, et la scénariste a semble-t-il eu du mal à faire l'impasse sur certains d'entre eux. Résultat :certaines problématiques relationnelles soulevées n'aboutissent finalement pas, ou pas suffisamment. Et le film manque d'un réel fil conducteur.

Je pense cependant que le parti pris de la réalisatrice était justement de traiter la troupe comme une seule entité mouvante et complexe, un pari réussi. Certaines scènes de "désordre" (dans tous les sens du terme) sont impressionnantes de lâcher prise et d'impétuosité. Je pense par exemple à la scène de la bataille de couscous ou celle lors de laquelle l'un des personnages parle de sexe... avec des enfants ! Il fallait oser (ou pas)...

Autre originalité du film : trois des personnages principaux sont en réalité des amateurs, car ils ne sont autres que la soeur et les parents de la réalisatrice ! C'est assez étonnant de voir comment cette dernière les a mis en scène, d'autant plus que le père et la mère forment un couple explosif dans le film. A leurs côtés, les comédiens Adèle Haenel et Marc Barbé sont sublimes.

Bon, vous l'aurez compris, il s'agit d'un film bordélique, surprenant, insaisissable, génial par moments, comme un diamant brut à tailler, à couper par endroits même, car il y a quelques longueurs !

Les Ogres, Léa Fehner

Sortie le 16 mars 2016

Retour à l'accueil