La Saison des femmes de Leena Yadav : ode réussie à la fougue féminine

De plus en plus, je me dis qu'un bon film est tout simplement un film qui nous accroche, et pendant lequel nos pensées ne se mettent pas à divaguer. Si je suis cette définition qui m'est propre, La Saison des femmes est un film excellent. De la première seconde à la dernière, je suis restée comme "suspendue" à l'histoire, curieuse de connaître la suite, et souvent étonnée de voir que ce n'était pas celle que j'attendais.

N'est-ce pas cela également un bon film ? Un film qui nous emmène vers des directions que l'on n'aurait jamais empruntées seul ? La Saison des femmes m'a souvent prise de court, d'abord parce que je ne m'attendais pas à un film si osé, à des propos si crus ou à des scènes de nudité aussi assumées. Tout cela tranche avec l'archaïsme du village dans lequel se situe l'action, les tenues portées par les héroïnes devant les hommes de ce même village, ou même tout simplement les (fausses ?) représentations que l'on se fait des femmes indiennes.

Le film oppose aux tenues pudiques et aux traditions ancestrales, une modernité étonnante. Dans leurs malheurs liés à leur condition de femmes, les personnages féminins sont extrêmement attachants et dégagent une vraie sensualité assumée (en cela, elles m'ont fait penser aux héroïnes du film Mustang). Entre elles, elles parlent d'amour, de sexe, de liberté, tout en soignant les blessures infligées par les coups de leurs maris.

Ambivalentes, elles tentent comme elles le peuvent de combiner leurs élans fougueux et leur besoin de correspondre aux standards féminins du village qui les étouffent. Parfois même, elles contribuent à leur propre enfermement, en ne remettant pas en cause certains conditionnements. Toutes à leur manière sont touchantes dans leurs contradictions, dans leur soif de bonheur et d'amour pur.

La Saison des femmes de Leena Yadav : ode réussie à la fougue féminine

Pour souligner le paradoxe, l'esthétique du film aussi joue les contrastes : la photographie colorée quasi "bollywoodienne" ainsi que les scènes musicales tranchent avec la cruauté de certaines scènes de violence. Le film parvient à nous faire passer du rire aux larmes en un éclair, à nous provoquer des élans d'enthousiasme quelques secondes après nous avoir plongé dans l'horreur. C'est rare !

La Saison des femmes de Leena Yadav : ode réussie à la fougue féminine

Le discours féministe très assumé et pouvant manquer un peu de nuances pourrait en gêner certains, mais il n'en reste qu'il s'agit-là d'un très bon film que je recommanderais à mes copines et... mes copains !

La Saison des femmes

de Leena Yadav, avec Tannishtha Chatterjee, Radhika Apte, Surveen Shawla, Lehar Khan etc

Sortie le 20 avril 2016

1h56

Retour à l'accueil