Un vrai phénomène que ce film allemand qui provoque des rires, autant qu'il dérange et émeut. Autant le dire tout de suite, il est un peu long, 2h42 au total, mais ô combien séduisant par son originalité.

Sur le papier, l'histoire n'a pourtant pas de quoi casser trois pattes à un canard : un père allemand inquiet pour sa fille, - une business woman implantée à Bucarest -, décide de débarquer dans sa vie et de ne plus la lâcher, avec pour seul objectif de lui prouver qu'elle n'est pas heureuse. Un père fantasque, souvent un poil trop, qui ira jusqu'à se créer des personnages pour être au plus près de sa fille, lors de réunions professionnelles auxquelles il n'est normalement pas convié et même lors de soirées débridées entre amis (les amis de sa fille).

[Critique] Toni Erdmann : le film allemand attachant !

À la lecture du synopsis, on pourrait penser qu'il s'agit d'un film burlesque, ce qui est le cas. Mais il serait dommage de le réduire à cela : Toni Erdmann est avant tout un film tendre sur les thèmes de la relation père/fille, le rapport au travail et au bonheur et en somme à la vie. Les scènes comiques, même les plus délurées (je pense à celle du brunch d'anniversaire, vraiment savoureuse) sont toutes teintées d'une douce mélancolie, alors que les moments de mélancolie (pas si rares finalement dans le film), sont empreints de fantaisie. Le tout est donc doux-amer, et toujours très sincère !

[Critique] Toni Erdmann : le film allemand attachant !

La prestation de Peter Simonischek et Sandra Hüller, les deux comédiens principaux, est incroyable. Le moins que l'on puisse dire est qu'ils donnent de leurs personnes, chacun a leur manière, l'un en s'affublant de postiches et autres dentiers saugrenus, l'autre en dévoilant son corps ou en y mettant suffisamment de tension pour être crédible en working girl au bord du burn out. Chacun des deux personnages, dans ses excès, est attachant.

[Critique] Toni Erdmann : le film allemand attachant !

Chose remarquable : on parvient à être surpris par les évènements tels qu'ils nous sont narrés, et aussi et surtout par le parcours des personnages. Beaucoup plus d'ailleurs finalement par la fille que par le père, que l'on sait dès le debut un peu "toqué", quand elle est d'abord "coincée".

Toni Erdmann est suffisamment surprenant pour nous rester en mémoire, et promet à sa réalisatrice Maren Ade une belle gloire !

[Critique] Toni Erdmann : le film allemand attachant !

Toni Erdmann, de Maren Ade

Avec Peter Simonischek et Sandra Hüller

Le 17 août 2016

Note : 8/10

Retour à l'accueil