[Critique] L'Odyssée de Jérôme Salle, sur la vie du commandant Cousteau

L'Odyssée raconte une partie de la vie du commandant Cousteau, dépeint ici dans son côté lumineux et son côté obscur, en adoptant le point de vue de Philippe, son fils. Le portrait qui en est tiré est assez éloigné de l'image que je me faisais de lui petite : non, cet homme n'était pas animé que par l'amour de la nature, mais également par une certaine soif de gloire. Et s'il se montrait très disponible avec les médias, il l'était moins avec ses enfants qu'il avait placés en pension, ni avec son épouse qu'il trompait.

[Critique] L'Odyssée de Jérôme Salle, sur la vie du commandant Cousteau

Voilà qui est dit, nous ne sommes pas là pour encenser l'homme, mais pour le découvrir dans toutes ses contradictions et comprendre quelles relations il entretenait avec ses proches, et notamment son plus jeune fils Philippe. Un parti pris que j'apprécie.

Pourtant, le premier tiers du film m'a laissée un peu indifférente. Trop narratif, trop désireux de respecter la réalité et la chronologie des faits, je l'ai trouvé sans âme, malgré la présence de plans sous-marins magnifiques. J'attendais le noeud de l'histoire, la problématique, et celle-ci arrive avec l'adolescence de Philippe, qui après la fin de ses études, doit choisir sa destinée.

[Critique] L'Odyssée de Jérôme Salle, sur la vie du commandant Cousteau

Passionné de vidéo et d'aviation, le jeune homme (incarné par Pierre Niney) se mettra de nombreuses fois en danger, plus par inconséquence que par véritable goût pour l'auto-destruction. Mais ses parents resteront immobiles et muets. Jacques Cousteau, dont la notoriété dépasse les frontières et qui signe des contrats qui le lient à de grosses firmes américaines, est trop occupé à faire fructifier son affaire. Simone, la mère, préfère s'effacer, sentant son mari lui échapper... Dès lors, l'émotion devient réelle et va crescendo jusqu'à la fin.

[Critique] L'Odyssée de Jérôme Salle, sur la vie du commandant Cousteau

Le film fonctionne sous forme de zoom sur des moments précis de la vie de la famille. On assiste donc à des sauts dans le temps, ce qui a obligé le réalisateur à vieillir radicalement ses acteurs. Des transformations étonnantes et très bien réalisées qui m'ont bluffée, notamment celle d'Audrey Tautou. D'autres prouesses techniques m'ont coupé le souffle comme la fameuse scène durant laquelle Philippe filme les requins, ou celle ou le père et le fils se couchent sur les herbes marines. Le film n'utilise quasiment pas d'effets spéciaux, et l'équipe est même allée jusqu'en Antarctique pour tourner la fin du film. Je salue la prise de risque !

L'Odyssée de Jérôme Salle

Avec Lambert Wilson , Pierre Niney , Audrey Tautou

Sortie le 12 octobre 2016

Retour à l'accueil