Ma dernière expérience de comédie musicale remonte au Roi Arthur, il y a maintenant un an de cela. je n'avais pas spécialement apprécié le spectacle, et c'était même tout juste si je ne m'étais pas dit "plus jamais". Pourtant, j'ai voulu retenter l'expérience, en allant cette fois-ci voir Les 3 mousquetaires, la comédie musicale événement de cette rentrée, dont la première représentation avait lieu ce jeudi 29 septembre au Palais des sports.

Autant le préciser tout de suite, il s'agit d'un spectacle à gros budget, avec une profusion de costumes, de jeux de lumières (magnifiques !), de projections et d'éléments de décor en tous genres. La troupe est grande et belle, - 25 danseurs, 3 comédiens et 9 chanteurs -, et on y compte des artistes déjà reconnus comme Damien Sargue, Olivier Dion, Victoria, Emji, ou encore le danseur Brahim Zaibat.

[Critique] Les 3 Mousquetaires : faut-il aller voir la comédie musicale événement ?

J'ai été impressionnée par le niveau vocal des interprètes, qui malgré une performance intense, chantent toujours très juste et font preuve d'une belle énergie. Petit coup de coeur personnel pour Olivier Dion, solaire et généreux, qui attire tous les regards. Pour endosser le rôle de Dartagnan, le chanteur québecois a du apprendre l'art de la cascade et le résultat est bluffant. Combats à l'épée, sauts, pas de danses, il fait vraiment le job et on peut aisément palper le travail que cela a pu représenter pour lui.

Les tableaux du spectacle sont assez inégaux, certains plus investis, d'autres plus épurés. J'ai été séduite par les scènes plus punchy, celle notamment de la chanson "De mes propres ailes", lors de laquelle tous les danseurs évoluent gaiement sur scène. J'ai aimé voir évoluer les interprètes des 4 mousquetaires (Olivier Dion, Damien Sargue, Brahim Zaibat et David Ban), qui forment un quatuor sympathique, duquel se dégage une belle complicité.

Autre belle qualité du spectacle : des danses assez pointues, que l'on doit certainement à la présence de Brahim Zaibat (interprète de Athos et consultant artistique du spectacle), qui apportent une dimension plus "sophistiquée", plus contemporaine à une comédie musicale plutôt classique à la base. Le tableau durant lequel ce dernier danse en duo avec une partenaire m'a provoqué des frissons !

Mon premier gros bémol n'est pas étonnant, puisqu'il est valable pour la quasi-totalité des comédies musicales actuelles (hormis Un été 44) : les paroles des chansons. Je veux bien que le genre impose une écriture différente, plus narrative, plus simpliste pour être fédératrice, mais je me dis qu'il est possible de faire beaucoup mieux sur ces thèmes ! J'ai eu du mal à ne pas être exaspérée par certaines chansons à cause de cela.

Deuxième bémol et pas des moindres : l'histoire, plus que survolée. Le dénouement survient sans aucune logique, un peu comme un miracle qui nous laisse vraiment sur notre faim. L'histoire telle qu'elle est racontée manque donc cruellement de consistance et donc d'émotions... Difficile de se réjouïr à la fin !

N'y allez donc pas pour apprendre des choses sur la véritable histoire des mousquetaires ni pour vous extasier sur le travail des paroliers, mais allez-y pour faire connaissance avec cette troupe talentueuse et attachante, avide de partager avec son public.

Retour à l'accueil