Des films sur le thème du mariage forcé dans le monde ou des inégalités hommes/femmes, il y en a un paquet ! Nécessaires, ils sont souvent déchirants, réalistes, révoltants, même s'ils ont malheureusement parfois tendance à diaboliser les hommes, bref on en sort un peu retourné. Alors lorsque j'ai vu que Tempête de sable abordait ses thèmes, j'y suis allée sans trop me poser de questions, avec la certitude de voir un film engagé, et de qualité.

 

L'histoire ? Suleiman, déjà marié à Jalila, épouse une deuxième femme. Alors que Jalila souffre de cet humiliation, elle découvre que leur fille aînée, Layla, a une relation avec un jeune homme de l’université où elle étudie. Mais son père la destine à un autre homme du village... Pour vivre son amour interdit, Layla est prête à bouleverser les traditions de ce village Bédouin d'Israël...

La mise en parallèle de la souffrance de la mère, qui assiste impuissante à l'union de son mari avec une autre femme, et de celle de la fille, qui fait face à un amour impossible, est intéressante. Rien ne semble réellement évoluer d'une génération à l'autre dans ce village trop lourdement ancré dans des traditions ancestrales, qui font pourtant souffrir tout le monde, ou presque.

Malgré sa souffrance de mère, Jalila implore dans un premier temps sa fille de suivre la voie que lui a tracée son père, même si son coeur vibre ailleurs. En souhaitant épargner à sa fille un rejet de la part de toute la communauté, elle met un voile sur ses véritables désirs de femme, comme elle l'a toujours fait elle-même. Comme de nombreux films sur le sujet, Tempête de sable illustre bien cet assentiment indirect des femmes à leur condition, voire leur "complicité" dans la persistance des inégalités.

[Critique] Tempête de sable : un drame en demi-teinte
[Critique] Tempête de sable : un drame en demi-teinte

Malheureusement, avec sa problématique déjà vue et revue, ce film n'apporte pas grand chose au propos, malgré l'intention louable de la réalisatrice Élite Zexer. Un film doit-il forcément nous apprendre quelque chose me direz-vous ? Non, mais à défaut de nous éclairer sur une question, il doit soulever des interrogations ou susciter de l'émotion. Or, je n'ai rien ressenti de tout cela.

Tempête de sable n'est pas suffisamment poignant pour nous révolter, pas suffisamment triste pour nous arracher des larmes, pas assez subtil pour nous marteler de questions. Il dure une heure et demie, ce qui est relativement court, mais manque de rythme et d'action, bref est sans cesse en demi-teinte, ce qui ne pardonne pas sur un sujet aussi important que celui-là. Dommage, car la réalisatrice avait à sa disposition une pléïade de comédiens talentueux, qui laissent ici l'impression de ne pas aller tout à fait au bout d'eux-mêmes...

Film dramatique israélien écrit et réalisé par Elite Zexer
Avec Lammis Ammar, Ruba Blal, Hitham Omari
Sortie le 24 janvier 2017

Retour à l'accueil