Le 24 mars prochain, vous ne pourrez passer à côté de la sortie de Méditerranéennes, un album initié par Julie Zenatti et qui réunit des chansons et des artistes originaires du bassin méditerranéen comme Enrico Macias, Sofia Essaïdi, trois ex talents de The Voice dont Slimane ou encore Chimène Badi. Et c'est justement accompagnée de cette dernière, qui s'est particulièrement investie dans l'album, que Julie Zenatti a répondu à mes questions il y a quelques jours.

Interview Julie Zenatti et Chimène Badi pour l'album Méditerranéennes

Bonjour Julie et Chimène. J'ai lu dans une interview que le projet a été difficile à monter, pourquoi ? Qu'est ce qui a été le plus compliqué ? De convaincre les chanteurs ?

Julie : Plutôt de convaincre, mais non pas les chanteurs mais plus les équipes autour. C'était compliqué de savoir comment un projet comme ça pouvait exister avec autant d'artistes, avec autant de gens connus mais à la fois des chansons pas vraiment connues ici...

D'où est venue cette idée du projet ?

Julie : Une envie tout simplement, une envie d'explorer différentes musicalités, qui nous touchent, nous parlent. Cela va de chansons traditionnelles à des choses plus enjouées comme Ya Moustapha ou Abdelkader...

Interview Julie Zenatti et Chimène Badi pour l'album Méditerranéennes

Comment s'est déroulé le casting des interprètes de l'album ?

Julie : Samira Brahmia je l'avais vue sur The Voice, Nawel Ben Kraïem on me l'a présentée et Cabra Casay, je l'ai vue sur internet. À trois déjà, avec leur forte identité, elles apportent quelque chose de très fort sur ce projet. C'est essentiel qu'elles soient là ! Ensuite, Sofia Essaïdi et Elisa Tovati sont des amies, Rose est une fille que je connais bien aussi, et Slimane m'avait bluffée par son côté interprète etc

L'album s'appelle Méditerranéennes mais il n'y a pas que des interprètes féminines... Pourquoi ?

C'est parti de la demande que j'ai faite à Enrico Macias de reprendre sa chanson Adieu mon pays. Non seulement il a accepté mais il m'a demandé s'il pouvait venir chanter sur le projet. Et là je me suis dit maintenant que j'ai un homme, il peut y en avoir d'autres ! Slimane je l'avais vu chanter quelques mois auparavant et il m'avait complètement bouleversée, donc je lui ai fait une proposition. Et quand j'ai commencé à travailler sur l'Italie, j'ai voulu une fibre masculine et je me suis dit pourquoi ne pas demander à Claudio Capéo, car peu de gens le savent mais il a des origines siciliennes de ses deux parents.

Photo de l'interview à l'hôtel de Sers à Paris

Photo de l'interview à l'hôtel de Sers à Paris

Chimène quelle a été votre réaction quand Julie vous a proposé de chanter Zina avec elle ?

Julie m'a contactée pour me parler d'une idée de projet qu'elle avait. Et puis on s'est vues, on a discuté, j'ai trouvé l'idée touchante, je me retrouvais énormément dans tout ce qu'elle voulait défendre. Je me suis dit que ce serait une belle aventure, et que je pourrais peut être aussi amener une part de moi-même. Julie et moi sommes amies depuis des années, et cela a contribué à mon enthousiasme !

Vous connaissiez le titre Zina ?

Oui je le connaissais, parce que j'avais été coach de The Voice en Belgique et il y avait un talent que j'adorais qui avait chanté cette chanson et quand Julie m'a envoyé la liste des titres, Zina en faisait partie et j'ai tout de suite voulu prendre celle-là !

Julie : il y avait un défi d'écriture sur cette chanson, car à la base elle parle d'une histoire d'amour. Pour la reprendre en français, on s'est inspirées de Chimène, qui a toujours abordé les gens dans ses albums, en dressant des personnages, en mettant en avant des parcours et des personnalités etc. Et on a fait en sorte que Zina ne veuille plus uniquement dire « jolie » comme dans la chanson d'origine, mais que ça devienne quelqu'un.

On a presque l'impression que ce n'est pas qu'une simple succession de duos, mais qu'il y a un esprit de troupe, car on voit par exemple Elisa Tovati et Enrico Macias dans le clip de Zina. Vous confirmez ?

Julie : oui, c'est bien observé ! Pour moi Méditerranéennes, c'est presque une seule entité, une entité de personnalités, qui se rencontrent, qui se mélangent. Hier par exemple, Chimène Badi a chanté un titre d'Idir avec Samira Brahmia avec qui elle avait travaillé la langue lors de l'enregistrement.

Chimène : oui car même si c'est ma langue maternelle, je n'avais jamais chanté en kabyle donc j'étais ravie. Samira Brahmia, qui a travaillé avec moi maîtrise très bien la langue, et ça a été un vrai plaisir.

Julie : Donc hier, elles l'ont chantée à deux alors que ça n'est pas fait comme ça sur l'album !

Pourrait-il y avoir un Méditerranéennes 2 ?

On verra, mais avant on imagine surtout la suite de Méditerranéennes 1 sur scène, l'envie de tout le monde est que le projet vive au moins une fois sur scène !

Samira Brahmia dans The Voice

Chimène, vous avez également repris une magnifique chanson d'Idir, Ssendou...

Chimène : j'adore Idir qui est un artiste que je respecte énormément, qui a des textes fabuleux. J'ai été très heureuse de la chanter, car en plus je me suis découvert une voix que je ne me connaissais pas à travers cette chanson. Les sonorités et la diction nous amènent ailleurs, c'est intéressant. Avec cette chanson, Julie et moi nous sommes fait un cadeau mutuellement !

Chimène, Julie est votre amie mais comment est-elle au travail ?

Elle est fun, elle est cool, mais en même temps exigeante. On a bossé ensemble avec tous les artistes de l'album, ça a été une vraie richesse de pouvoir échanger !

 

Merci et bonne chance pour la sortie de l'album le 24 mars prochain !
Site officiel de Julie Zenatti
Facebook Julie Zenatti

Retour à l'accueil