Cela faisait longtemps que je voulais tenter l'expérience, et c'est à présent chose faite : j'ai enfin sauté le pas de voyager seule. Pour moi qui aime être libre de mes mouvements, cette formule s'est imposée d'elle-même pour un trip de deux semaines à Montréal et ailleurs au Québec. J'avais un peu peur d'avoir idéalisé le concept et surestimé mes capacités à me débrouiller seule, mais le bilan est finalement plus que positif. Voici selon moi les 5 avantages non négligeables à n'emporter avec soi... que ses bagages !

 

Sur un pont près des Chutes de Montmorency au Québec

Sur un pont près des Chutes de Montmorency au Québec

1) On prend toutes les décisions

Lorsque l'on part avec quelqu'un, et a fortiori avec un groupe, il est essentiel de faire des compromis. Or, il peut être assez frustrant de sacrifier une excursion en bateau parce que Marie a le mal de mer, ou de devoir faire l'impasse sur une randonnée en pleine nature parce que Jean n'aime pas marcher. En solo, rien ne peut vraiment nous contrarier : on choisit ses activités, ses moments de repos, on écoute ses envies et on avance à son rythme. Ainsi, au retour, on n'a ni rancoeur ni regret !

2) On rencontre plus de monde

Quand on est seul, on a forcément plus envie d'aller vers les autres, histoire de partager un minimum nos impressions sur nos découvertes. Vous allez me dire que c'est paradoxal de vouloir rencontrer du monde sur place alors qu'on fait le choix de partir seul. Mais je ne trouve pas. Car premièrement, on n'est engagé auprès de personne, ce qui signifie qu'on peut partager des moments avec nos nouvelles connaissances sans forcément passer toutes nos vacances avec. Puis parce qu'on s'offre la possibilité de rencontrer des personnes différentes de celles que l'on fréquente d'habitude. Et cela fait toute la différence !

3) On écoute son feeling

Quand personne n'est présent pour donner son avis ou nous faire part de ses envies, nous sommes obligés d'écouter les notres, et rien que les notres. Tester un restaurant plutôt qu'un autre, aller parler à cette personne qui nous paraît sympathique, refuser de prendre ce covoiturage qui paraît louche, on ne peut faire confiance qu'à soi-même pour prendre les meilleures décisions. De quoi souvent nous réconcilier avec notre boussole intérieure.

Moi sur le mont Salève en France

Moi sur le mont Salève en France

4) On sort de sa zone de confort

Un voyage est en soi un moment de découvertes : celle d'une nouvelle culture, de nouveaux paysages, et de nouvelles façons de vivre et de penser. C'est presque une immersion dans une autre réalité, qu'il est appréciable selon moi de vivre à fond, soit complètement déconnecté de ce qui fait habituellement notre quotidien. À commencer par notre ordinateur, notre téléphone mais aussi peut-être nos amis de longue date ou notre famille, que l'on sera cependant très heureux de retrouver à notre retour...

5) On laisse la magie opérer

J'aime l'idée de rester ouvert à l'inconnu et de ne pas tout planifier pour laisser les opportunités se présenter. Et comme la vie aime qu'on la laisse faire de temps en temps, elle nous réserve dans ces moments-là de belles surprises. On se rend alors vite compte que le fait d'arriver libre de toute attache offre un bel espace pour créer d'autres types de rapports, d'autres opportunités inédites et même quelques coïncidences bienheureuses (et oui, on est aussi plus attentif aux petits signes lorsqu'on est seul). Bref, on est obligé de faire confiance à la vie, et elle nous le rend bien.

Je ne saurais que trop conseiller aux voyageurs "solitaires mais pas trop" de séjourner en auberges de jeunesse, pour avoir l'opportunité de rencontrer des gens du monde entier et de faire quelques sorties (bien choisies) avec eux, tout en se préservant des moments de solitude.

Et vous, avez-vous déjà tenté l'expérience ? Pensez-vous le faire un jour ?

Retour à l'accueil