Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Bottines Rouges

Lieux charmants ou insolites à Paris... ou ailleurs

Border, mon attraction-répulsion pour ce film étrange

Je trouve son affiche absolument splendide, mais difficile de dire ce que j'ai réellement pensé de ce film. Moi qui pensais avoir compris globalement le propos après avoir regardé la bande-annonce, je me suis bien trompée. Non, Border n'est pas une ode à cultiver sa différence, bien que le film ait l'air de commencer ainsi. A vrai dire, je ne sais pas bien ce qu'il nous enseigne, si tant est qu'il ait pour but de nous enseigner quelque chose. Pendant tout le film, je me suis donc demandée "quel est le sens caché de cette scène, et de celle-ci ?". En oubliant un peu de le regarder pour ce qu'il est : un film fantastique, à mi-chemin entre le réel et le conte.

Ce mélange des genres est intéressant, et dérangeant à la fois, tant l'univers des personnages principaux est singulier. Voire clairement dégoûtant. Physiquement déjà, Tina et Vore sont repoussants (les acteurs portent des masques). Leur attraction sexuelle étrange, qui commence lors d'un contrôle douanier réalisé par Tina, se manifeste par des bruits, des grognements, des regards franchement écoeurants. Et on assiste à leur rapprochement sensuel avec un mélange d'attraction (pour l'histoire) et de répulsion (pour eux).

Sans compter qu'on les voit régulièrement manger des insectes dans la forêt et se baigner tout nus.  Tout au long de cette histoire d'amour qui semble réconcilier Tina avec sa singularité, l'inquiétude pointe. Qui est vraiment Vore ? Lui qui l'accepte comme elle est et lui fait découvrir ses pulsions animales, jusqu'où compte-t-il aller ?

Cette rencontre agit sur Tina comme un véritable électrochoc. Qui est-elle vraiment ? Elle qui avec son odorat extraordinaire, peut flairer la culpabilité d’un individu. Quelle est son histoire ?

Je ne vais pas faire semblant d'avoir saisi la question principale du film. J'ai cru cependant comprendre, grâce au titre qui signifie frontière en anglais, qu'il interrogeait la frontière entre humanité et bestialité. Entre le désir et la répulsion, les instincts et les sentiments. Le coeur et la raison. La bonté et la cruauté. Mais aussi entre les femmes et les hommes, je ne vous en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler. Les ponts entre le titre et le film ne s'arrêtent pas là, puisqu'il fait aussi référence au milieu de travail de Tina, qui officie à la douane, et donc à la frontière. On peut aussi y lire un clin d'oeil à la frontière entre les genres cinématographiques exploités dans le film.

Un film multidimensionnel, dont l'univers et le propos vraiment particuliers ont de quoi marquer au fer rouge.

Border
réalisé par Ali Abbasi avec Eva Melander, Eero Milonoff
Sortie le 9 janvier 2019
Durée 1h41

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Bottines

Lilloise d'origine, rédactrice freelance passionnée, amoureuse de Paris, ses lumières, ses hôtels et sa vie culturelle, mais lui faisant de plus en plus d'infidélités les week end pour des découvertes en région ! En quête de bonnes énergies, de belles choses, d'insolite et d'une pincée de magie.
Voir le profil de Bottines sur le portail Overblog

Commenter cet article