Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Menu
Helmut Newton l'effronté : photographe misogyne ou pas ? Un film bien documenté qui n'élude pas la question qui fâche

Helmut Newton l'effronté : photographe misogyne ou pas ? Un film bien documenté qui n'élude pas la question qui fâche

Tout documentaire s'intéressant à des personnages clivants voire intrigants suscite ma curiosité. Helmut Newton l'effronté, le film de Gero von Boehm concernant le grand photographe de mode Helmut Newton est de ceux-là. Né à Berlin en 1920, ce dernier est connu pour ses photos de mode provocantes voire vulgaires, pour Vogue et ELLE notamment. « Une bonne photographie de mode doit ressembler à tout sauf à une photographie de mode. A un portrait, à une photo souvenir, à un cliché de paparazzi », disait-il d'ailleurs à ce sujet.

Je ne connaissais pas particulièrement son travail et arrivais donc sans aucune idée préconçue, ni réelle interrogation. Heureusement, le film fait en quelque sorte le travail de prise de recul, en présentant la personne et son oeuvre ainsi qu'en abordant les diverses polémiques qu'il suscite. L'artiste étant décédé en 2004, le documentariste a utilisé de nombreux images d'archives ainsi que des interviews de personnes ayant travaillé avec lui.  Entre Grace Jones, Sylvia Gobbel, Anna Wintour, Charlotte Rampling, Marianne Faithfull, ou encore Claudia Schiffer, le casting est quatre étoiles et le moins que l'on puisse dire est que le sujet est particulièrement bien documenté.

Ces femmes en parlent avec beaucoup de tendresse et d'admiration, et prennent sa défense quand vient l'heure d'aborder le sujet qui fâche : le machisme supposé d'Helmut Newton, qui aimait les déshabiller. Bien qu'on ressente le parti pris du réalisateur, j'ai apprécié que le film n'élude pas cette question centrale. Sur un plateau de télévision, l'écrivaine et philosophe Susan Sontag lui avait lancé : "en tant que femme, je trouve vos photos très misogynes". Une scène montrée dans le film, qui soulève la question que tout le monde se pose en découvrant ses clichés : était-il sexiste ou au contraire mettait-il en valeur les femmes dominantes ? Le photographe, qui se dépeignait comme féministe, avait une réponse toute faite : selon lui, le corps féminin est triomphant sur ses photos.  "Il était un voyeur dans le bon sens du terme", dit de lui Gero von Boehm.

Claudia Schiffer qui témoigne dans le documentaire

Claudia Schiffer qui témoigne dans le documentaire

Pourtant, le documentaire distille (involontairement ?) des infos qui nous permettent parfois d'en douter : on y apprend de la bouche de Newton qu'il photographie le corps des femmes, et non leur âme dont il se désintéresse. Et on entend Grace Jones raconter avec désinvolture toutes les fois où il l'a appelée pour faire des photos, l'a fait venir pour la renvoyer chez elle illico avec pour seul motif qu'elle avait une trop petite poitrine à ses yeux. La collaboration a pourtant finalement eu lieu, la photo d'elle nue, souriante avec les pieds enchaînés en couverture du magazine Stern ayant d'ailleurs fait scandale.

Misogyne ou pas, difficile de trancher. Mais à défaut de choisir, on peut se laisser charmer par ce personnage fantasque, auprès duquel il semblait bien difficile de s'ennuyer. Bien qu'un peu trop partial, le documentaire est à son image : vivant, osé et parfois drôle. Il n'y a qu'à voir ce clin d'oeil rigolo prouvant que ses clichés n'avaient rien de totalement innocent : en 1997, il photographie Jean-Marie Le Pen alors président du Front National, assis en contre plongée aux côtés de son chien. Sans que celui-ci ne s'en aperçoive, il avait reproduit la mise en scène d'une célèbre photo d'Hitler !

©Helmut Newton

©Helmut Newton

J'ai beaucoup apprécié un autre aspect du documentaire : toute la partie narrant sa belle et longue relation avec son épouse June, qui laisse entrevoir une autre facette de sa personnalité. Loin de l'homme coureur que l'on aurait pu imaginer, Helmut Newton était en fait un grand amoureux. De quoi le rendre finalement encore plus difficile à cerner...

Helmut Newton l'effronté, de Gero Von Boehm
Sortie le 14 juillet 2021
Durée 1h33