Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un week-end de septembre dans le Cotentin

Le Cotentin, on en entend beaucoup parler à la météo, mais on ne sait pas toujours le situer. Considéré comme une presqu'île, cette terre se situe en Normandie et plus précisément dans le Nord du département de la Manche. J'ai eu l'opportunité d'aller découvrir cette région que je ne connaissais pas du tout en septembre dernier.

Alors que je logeais à proximité de Portbail, je suis allée visiter en tout premier lieu Barneville-Carteret, station balnéaire aux jolies villas et cabines de plage blanches et bleues. Au-dessus de la plage, il est possible d'emprunter un sentier qui suit le littoral et mène notamment aux ruines d'une vieille église (dédiée à Saint-Germain-le-Scot). Il faisait sombre lors de mon passage, le soir commençant à tomber, mais le paysage digne de l'Irlande était à couper le souffle...

 

Le lendemain, direction le Cap de la Hague. Le lieu est présenté comme l'un des plus beaux du Cotentin, et ses hautes falaises sont le point de chute le plus plébiscité par les touristes en Normandie, après le Mont-Saint-Michel. Et c'est bien mérité. On y vient notamment pour admirer la vue depuis le Nez de Jobourg l’une des plus hautes falaises d’Europe culminant à 128 mètres. Entre reliefs vertigineux, landes, grottes, fleurs sauvages investies par les papillons, l'émerveillement nous attend à chaque tournant. En ce début du mois de septembre, les fougères avaient déjà pris leur coloration rousse. Le tableau n'en était que plus chatoyant.

Non loin de là, se trouve le Port Racine, plus petit port de France, pour lequel j'ai eu également un petit coup de coeur. Situé à Saint-Germain-des-Vaux, il s'étend sur 800m2. Mais malgré sa toute petite taille, j'ai aimé parcourir les digues qui l'encerclent et photographier les barques de pêcheurs plaisanciers amarrées à des cordages. Le charme de cet endroit n'a pas séduit que moi : conquis, Jacques Prévert avait acheté une maison dans les environs. Celle-ci ainsi que son jardin sont d'ailleurs à visiter à Omonville-la-Petite.

Autre escale de ce road trip dans le Cotentin : Gouville-sur-mer et ses innombrables cabines de plage aux toits multicolores qui se transmettent de génération en génération. Je m'attendais à en voir tout au plus une vingtaine, mais elles sont en fait beaucoup plus nombreuses. Elle seraient en fait pas moins de 70. Leur positionnement un peu anarchique sur les dunes de sable rend le spot très original, et ce, malgré le fait qu'elles ne soient pas spécialement décorées. Juste derrière, la plage, immense et dotée de parcs à huîtres, est également à ne pas manquer.

Dernier stop avant mon retour à Paris : le petit port de Saint-Vaast-la-Hougue et l'île de Tatihou, sur le versant Est de la Manche. Pour se rendre sur l'île, il faut prendre un engin très atypique : un bus amphibie (une rareté en France), qui se transforme en bateau lorsque la marée est haute. La traversée ne dure que quelques minutes. A marée basse, il est possible de s'y rendre également à pied, mais mieux vaut alors chausser les bottes !

Un week-end de septembre dans le Cotentin
Un week-end de septembre dans le Cotentin
Un week-end de septembre dans le Cotentin

L'endroit est verdoyant, dépaysant, vivifiant. On fait le tour des fortifications, - un fort Vauban classé à l'UNESCO -, visite un musée maritime et se balade dans un magnifique jardin de près de sept hectares. J'ai beaucoup aimé ce dernier, et notamment sa partie jardin d'acclimatation avec ses végétaux venus de l’hémisphère sud. Cette promenade s'effectue aux doux sons du chant des nombreux oiseaux qui peuplent ce bout de terre.

Une petite pause sur la plage fut l'occasion pour moi de déguster un "rocher de Tatihou" spécialité achetée dans une boulangerie du centre-ville et ressemblant à un chou à la crème.

Bilan de toutes ces découvertes : ce court séjour passé sur les terres sauvages et venteuses du Cotentin m'a fait un bien fou.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article