2h28, et pas un baîllement ni même une seule envie de regarder l'heure sur mon portable. C'est quasiment un exploit ! Il faut dire que Claude François a eu une vie courte certes, mais riche et passionnante. Et ce qu'il faut surtout dire, c'est que l'adaptation qu'en a fait Florent Emilio Siri est presque parfaite.

 

cloclo.jpg

Parfaitement fidèle à la réalité ? ça, je n'en sais rien, et je pense de toute façon que seul Claude François pourrait nous le dire de là-haut. Et puis, il est à peu près sûr que le film n'est pas exhaustif. Mais parfait dans le rythme, dans l'émotion, dans l'interprétation.

 

Loin d'être dépeint de manière simpliste, Cloclo nous apparaît aussi et surtout dans toutes ses contradictions. Homme avide d'amour et de sécurité, il était aussi (si on en croit le film) prêt à prendre tous les risques pour sa carrière. Jaloux, il a été infidèle. Intransigeant, il pouvait se montrer tolérant avec ceux qu'il aimait. Inaccessible, il pouvait aussi se prendre d'affection pour une fan et lui ouvrir sa porte...

 

 

Un personnage complexe à la vie toute aussi complexe, qu'on a plaisir à redécouvrir et même découvrir pour ma part car je ne savais pas grand chose de ce chanteur populaire. J'ignorais par exemple qu'il avait grandi en Egypte, qu'il s'était fait refaire le nez, qu'il avait eu deux enfants dont l'existence de l'un d'entre eux a été longtemps cachée et qu'il avait dirigé un magazine de charme.

 

Il faut vraiment saluer la prestation de Jérémie Rénier : de la voix parlée aux performances scéniques, on imagine quel travail l'incarnation de Claude François a du représenter pour lui. La ressemblance en devient assez saisissante. On découvre également toute une pléïade d'actrices toutes aussi fraiches les unes que les autres, pour interprèter les compagnes successives du chanteur, dont la fameuse France Gall. A voir !

 

Retour à l'accueil