J'avais lu des critiques de blogueur/ses très peu engageantes au sujet de ce film, jugé trop ennuyeux, vide voire consternant. La note spectateur donnée par les internautes sur allociné ne dépassait pas les 2,3/5. Même pas la moyenne pour ce long métrage mettant pourtant en vedette la très appréciée Vanessa Paradis ! C'est pour dire que j'étais tiraillée entre a priori largement négatifs et curiosité suscitée par une affiche attrayante et un titre évocateur.

 

J' y suis allée, bien déterminée à me faire mon propre avis; Au pire, je profiterais des paysages bretons si l'histoire ne m'emballe pas des masses, pensais-je.

 

 

cornouaille.jpg

 

Ces derniers ne m'ont pas déçue, bien au contraire..La Cornouaille, cette région bretonne de caractère ne fait pas que servir de décor à ce film, elle lui ressemble. Belle et sauvage, "rude" et mystérieuse. Ces adjectifs pourraient tout aussi bien qualifier Odile, le personnage incarné par Vanessa Paradis. L'actrice et chanteuse est formidable dans le rôle de cette jeune femme torturée qui va progressivement s'ouvrir aux autres et à l'amour. A vrai dire, la qualité du film tient beaucoup à son interprétation, le propos portant presque exclusivement sur les tourments intérieurs de son personnage.

 

 

 

 

Très peu d'action en réalité, et si ce rythme peut déranger au début, il finit par s'installer tout naturellement.

De même pour les apparitions de défunts, qui surprennent puis s'imposent. Si en général, ce genre de scènes me fait rire et "casse" un peu mon élan (je pense d'ailleurs que ce sont ces scènes qui ont fortement gêné d'autres spectateurs), ici je me suis dit "et pourquoi pas ?".Car même si la forme manque de subtilité, le propos de fond, énoncé lors d'un dialogue, est plus que pertinent : "Tu ne peux pas vivre avec les vivants, si tu ne sais pas vivre avec tes morts".

 

Intéressant. Et si on y prête attention, on remarque que chaque rencontre que fera Odile avec des morts ou des vivants sera source d'enseignement et l'amènera à se liberer un peu plus de son passé : j'ai personnellement adoré la relation qui se tisse entre elle et Erwan, son voisin adolescent gothique interprété par Martin Jobert. Certaines apparitions de seconds rôles sont prétexte à des traits d'humour bienvenus qui allègent cette sombre et belle histoire. Je pense particulièrement à Laurent Stocker en notaire, Maïtre Mevel.

 

Bref, je suis un peu bavarde sur ce film, ce qui est bon signe. A ceux qui ne l'ont pas encore vu, soyez attentifs car dans Cornouaille, chaque détail compte !

 

 

 

 

Retour à l'accueil