A voir ou ne pas voir sur nos écrans au mois de mai...:

 

Les Vacances de Ducobu, de Philippe De Chauveron

 

Ducobu-2-Les-Vacances-de-Ducobu.jpg

 

Un petit moment de détente à réserver plutôt aux enfants mais en ces temps de grisaille, on n'est pas contre un peu de légèreté, un ciel tout bleu et des décors hauts en couleurs.

Si l'interprète de l'élève Ducobu est une sacrée tête à claques, Elie Semoun est lui insupportable  mais c'est là la preuve qu'il tient bien son rôle !   A déguster comme un cocktail avec glaçons mais... sans alcool.


 

 

 

 
Street Dance 2,
de Max Giwa et Dania Pasquini

 

StreetDance-2-le-film.jpg

 

L'occasion de découvrir Sophia Boutella, une danseuse de hip hop française dont le talent a été sollicité par les plus grands comme Madonna et qui campe dans ce film une danseuse de salsa aussi talentueuse que sensuelle.

Une incroyable rencontre pour un beau film qui fait la part belle aux scènes de danse en 3D (jusque là pas de surprises!) au détriment d'un scénario un peu plan plan...

 

 

 

 

 

 

  Nouveau départ, de Cameron Crowe


nouveau-depart

 

Un agréable moment, un peu comme en famille, en compagnie de Matt Damon, Elle Fanning et Scarlett Johanson. Sans réelles aspérités ni vraies surprises, Nouveau Départ est un film sans chichis qui s'assume, à l'image de Scarlett Johanson que l'on retrouve ici dans des postures pas toujours glamour. 

Matt Damon en père courage et Maggie Elisabeth Jones dans le rôle de la petite Rosie sont à croquer...


 

 

 

Les Vieux Chats, de Sebastian Silva et Pedro Peirano


vieuX6CHATS.jpg

 

Nouveau specimen du cinéma chilien, Les Vieux Chats brise les tabous autour de la vieillesse et rien que pour ça, il vaut le détour. Quitte à supporter un quasi-huis clos permanent donnant l'impression d'étouffer, un ennui profond durant toute la première demi heure, et des gros plans inesthétiques sur des réalités qui dérangent...Car ce n'est pas tous les  jours que l'on a l'occasion de regarder un film dont l'héroïne est incarnée par une dame de 91 ans !

Une démarche intéressante pour un film qui a des choses à dire.

 

 

 

 

Twixt, de Francis Ford Coppola

affiche-twixt-300x409.jpg

 

Chant de hibou inquiétant, grincement de balançoires qui se balancent seules, Coppola déploie dans Twixt toute l'imagerie d'un film d'horreur pour enfants. Sauf que le film n'est ni un film d'horreur ni un film pour enfants. Inquiétant non ?

Surnaturel, comédie, aventure, psychologie, le nouveau film de Francis Ford Coppola ose un mélange des genres indigeste dans un décor en carton pâte... Impossible de s'y projeter.

Retour à l'accueil