Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Bottines Rouges

Lieux charmants ou insolites à Paris... ou ailleurs

Une vie avec Oradour, le "drame" d'Oradour-sur-Glane raconté par un survivant

Une vie avec Oradour

Le 10 Juin 1944 à Oradour-sur-Glane, Robert Hébras échappe à la mort. "Une vie avec Oradour" retrace son histoire, avec le récit minutieux de cette journée, filmé dans les ruines du village-martyr. Un drame ancré dans notre mémoire collective et qui reste le plus important massacre de civils en France sous occupation allemande. C’est aussi l’exemple d’une vie déterminée par le désir de témoigner inlassablement pour que l’Histoire ne se répète plus. Elle porte l’empreinte du souvenir et du désir de vivre, une empreinte qui transcende une vie.

 

 

 

oradour-1.jpg

 

Le récit que nous fait Robert Hébras de cette effroyable journée est précis. Ce survivant nous raconte en parcourant les ruines d'Oradour-sur-Glane le déroulement du massacre et son incroyable survie, presque heure par heure. En nous montrant très concrètement où se trouvaient les soldats, où ces derniers ont mis le feu, où se trouvaient les hommes, les femmes, les enfants, où lui-même s'est caché dans le but de se sauver, il nous permet mieux que jamais d'imaginer ce qu'a été ce drame horrible dans lequel il a perdu sa mère, deux de ses soeurs ainsi que tous ses biens.

 

oradour-2.jpg

 

Le documentaire "Une vie avec Oradour" porte bien son nom car on réalise à quel point la vie de Robert Hébras, qui se charge aujourd'hui de faire visiter Oradour-sur-Glane aux scolaires ou aux représentants de pays étrangers est marquée par ce drame.  En parler est un devoir pour lui, mais il tient à en parler sans traumatiser, surtout lorsqu'il s'adresse aux jeunes. C'est pour cette raison, explique-t-il après la diffusion du documentaire qu'il emploie le mot "drame" pour décrire Oradour et non "massacre ou tuerie". 

 

oradour.jpg

 

On ne peut rester insensible à un tel destin marqué par le malheur, le courage et un sentiment de responsabilité à l'égard des innocents qui ont perdu la vie. J'ai versé ma petite larme au moment où l'on voit de jeunes lycéens allemands visiter Oradour avec Robert Hébras : deux d'entre eux lui demandent de poser avec eux pour une photo et le tiennent amicalement par l'épaule. Cette image est extrêmement forte. A la question d'un des élèves allemands "As-tu pardonné à L'allemagne", Robert Hébras répond "Oui...[...] Vous n'avez pas à vous sentir responsable, vous n'êtes pas responsables."

 

Devant ce documentaire, on déplore la cruauté de ces hommes qu'on imagine alors être le fait d'une époque révolue. Or, je n'ai pu m'empêcher à chaque seconde de penser que ce qui nous hérisse les poils devant cet écran de cinéma se passe encore aujourd'hui, à d'autres endroits, sous d'autres "formes", et que la seule diffèrence avec ce massacre de la Seconde Guerre Mondiale est qu'aucun témoignage n'est encore parvenu à nos oreilles...S'indigner devant un drame révolu (mais qu'il est bien sûr très important de dénoncer encore aujourd'hui !) et ignorer ceux qui se déroulent de nos jours...Tragique ironie.

 

 

oradour-3

 

Allez voir Une vie avec Oradour ! Et petit conseil, si vous n'êtes (comme moi) pas très calés en histoire, n'hésitez pas à réviser un peu pour replacer le massacre d'Oradour-sur-Glane dans son contexte historique et ainsi avoir davantage de points de repère durant le documentaire.

 

 

Date de sortie cinéma : 21 septembre 2011
Réalisé par Patrick Séraudie
Avec Robert Hébras, Jean-Marcel Darthout, Hervé Herpe, plus
Durée : 01h24min Année de production : 2011

Site web du documentaire

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Bottines

Lilloise d'origine, rédactrice freelance passionnée, amoureuse de Paris, ses lumières, ses hôtels et sa vie culturelle, mais lui faisant de plus en plus d'infidélités les week end pour des découvertes en région ! En quête de bonnes énergies, de belles choses, d'insolite et d'une pincée de magie.
Voir le profil de Bottines sur le portail Overblog

Commenter cet article

Grace 22/11/2011 04:36

I happened recently to talk to my daughter that I have read Anne Frank's diary during the holidays and having realized that the story was recently told himself that nothing like this could never
happen! you think again! At present torture, massacres, genocide still exists! humans has not yet learned the lesson, you might think that only the forgotten part of his life happily provide some
testimony.

bottines 27/09/2011 14:44


haha, t'es mignonne !


Louisa 27/09/2011 11:21


On en a parlé en cours d'histoire hier, j'étais toute fière de connaitre Oradour-sur-Glane grâce à ton blog, haha :D


Marido 20/09/2011 09:49


la guerre et ses séquelles physiques , morales , guerre destructrice de vie ... il m'est arrivé récemment de discuter avec ma fille qui ayant lu je journal d'Anne Frank durant les vacances et ayant
réalisé que l'histoire était récente , se disait que rien de tel ne pourrait jamais plus arriver ! détrompes -toi !! à l'heure actuelle la torture , les massacres , le génocide existe toujours !
l'humain n'a pas encore compris la leçon , on pourrait croire que seul l'oubli fait partie de sa vie heureusement que certains apportent leur témoignage mais lorsqu'ils ne seront plus de ce monde
qui en parlera encore ??


bottines 19/09/2011 22:46


J'imagine que ça doit être très émouvant de parcourir les rues désertes d'Oradour. Merci pour le lien, je vais aller jeter un oeil.